LA GENERATION Z AUX PORTES DES ENTREPRISES

LA GENERATION Z AUX PORTES DES ENTREPRISES
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’autre jour, Je discutais avec une jeune fille qui finit son master 2 en RH et qui désire faire son mémoire sur la génération Z et comment les entreprises font face à cette nouvelle génération réactive, agile, puissante et fonceuse.

Alors je me suis dit : « super idée d’articles et en plus c’est intéressant car mes enfants font partie de cette génération ». Ni une, ni deux, me voilà en chasse d’informations.

QUI ETES-VOUS GENERATION Z ?

Cette génération Z (comme Zapping) qui est-elle ? Née entre le milieu des années 1990 et la fin de la décennie 2000, la génération Z nait après la chute du mur de Berlin (1989), pendant les attentats du 11 septembre 2001 et avant le printemps Arabe.

Nés avec un smartphone dans les mains, les Genzeurs (oui, oui c’est bien le terme) ont un avis sur tout puisque les différents canaux de communication leur permettent de s’informer, d’expérimenter, de tester et d’essayer.

N’est pas GenZeur qui veut !!!!

Pour certains, cette génération a une autre relation au temps, à l’organisation et à l’autorité que les générations précédentes.

Selon une enquête menée par BNP Paribas et the Boson Project en janvier 2015 sur cette genZ et sa vision de l’entreprise, un profil type a été ébauché : Ayant entre 16 et 21 ans, ce sont les petits frères et sœur de la génération Y : Ce sont des personnes curieuses, conscientes de leur monde et ultra connectées. C’est une génération partagée entre sa culture nationale et du fait de la mondialisation, de sa culture internationale. Ce considérant comme citoyens du monde, peu importe s’ils travaillent hors de leur pays même s’ils savent qu’il est possible de faire carrière en France.

Leur connexion sur les réseaux sociaux internet, leur permet de s’informer à tout moment, dans l’instant. Par contre, même si l’image qu’ils renvoient est importante, ils désirent être ce qu’ils veulent sans se soucier du « qu’en dira-t-on ». Loin d’être centrés sur eux-mêmes, ils sont ouverts au monde qui les entoure et le fait d’être connectés en permanence leur permet une participation collective voire coopérative.

Cette génération est différente par le fait qu’elle pense que l’auto apprentissage est un facteur de réussite. Ayant une soif de connaissance importante, elle apprend par tous les canaux que cela soient l’école, les tutoriels sur Youtube, les MOOC (Massive Open Online Course).

De plus, ces genzeurs ont une approche du travail complétement différente de leurs prédécesseurs. Se remettre en question n’est plus un problème. Lucides et comprenant qu’ils sont responsables de leur futur ; ils sont décomplexés et plus connectés que jamais.

Leur référence en tant qu’entrepreneurs à succès : le créateur de Facebook ou le dernier youtubeur à la mode.

De plus, pour ces digitals natives, les nouvelles technologies sont au cœur de leur génération. Le développement de l’intelligence artificielle va créer de nouveaux métiers et la génération Z aura à cœur de se positionner dessus.

Comment les entreprises font face à cette nouvelle population pour les intégrer mais aussi faire en sorte qu’elle collabore avec les autres générations ?

LES SOLUTIONS DES ENTREPRISES POUR RECRUTER LES GENZEURS

Ils commencent à déferler sur le marché de l’emploi avec leur vision différente de l’entreprise. Les genzeurs sont des futurs collaborateurs qui n’aiment pas les cadres trop rigides. Avoir un CDI n’est plus une obligation car ils savent que la mobilité est omniprésente dans notre société. Ce qui importe pour eux, ce n’est pas le salaire, c’est surtout se sentir bien dans son poste avec des missions enrichissantes et galvanisantes.

Ils comprennent qu’ils vont devoir ne compter que sur eux-mêmes ou sur leur réseau pour sortir du lot et pour trouver un emploi. Ils savent travailler leur image avec une connaissance instinctive du « personnal branding ».

Pour les « charmer », les entreprises recruteuses doivent tabler sur des méthodes de recrutement plus « digitales » et plus personnalisées.

Afin de « sourcer » des profils bien spécifiques, les réseaux sociaux professionnels peuvent apporter une grande aide comme LINKEDLN avec ses 10 millions d’utilisateurs français et ses 380 millions à travers le monde.

Et même s’ils sont connectés en permanence sur Facebook, Snapchat ou Instagram, ces plateformes ne sont pas à privilégier pour des recrutements. Les genzeurs les utilisent à des fins personnelles et pas professionnelles ou alors très peu. Par contre, pour faire connaître votre société, rien de tel car beaucoup d’étudiants ou de jeunes diplômés sont abonnés à des pages entreprise.

Fini les entretiens physiques ou par téléphone ? De plus en plus, d’entreprises expérimentent les plateformes web : un mail est envoyé au candidat avec un lien afin qu’il s’y connecte et où il peut se filmer.

Les règles du jeu sont claires : il ne connaît pas les questions à l’avance et n’a le droit qu’à une seule prise. Il ne peut ni arrêter la vidéo, ni revenir en arrière, ni recommencer. Quand il est prêt, il clique sur le bouton record et l’enregistrement démarre.» Il peut aussi répondre à des questions écrites et des QCM. Ces films de dix minutes permettent de comparer les candidats et d’établir une short-list.

Aux entreprises maintenant de créer une offre d’emploi suffisamment stimulante pour susciter l’envie de candidater aux genzeurs.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon guide "10 astuces pour diminuer son stress en entretien de recrutement"