EDUCATION ET ATTENTION : DES BASES SOLIDES POUR S’EN SORTIR

EDUCATION ET ATTENTION : DES BASES SOLIDES POUR S’EN SORTIR
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

DE BONNES FONDATIONS EDUCATIVES

Je n’ai jamais été en difficulté sociale et professionnelle. Mes parents ont toujours été à mes côtés et j’ai pu faire des études supérieures. Par contre, ils ne m’ont jamais aidé à trouver un emploi qu’il fut saisonnier ou en CDI. Je me suis toujours débrouillée seule. Mon parcours professionnel a été riche de rencontres et d’opportunités que je me suis créées. Où j’en suis aujourd’hui, je ne le dois qu’à moi-même. Mais la base, l’éducation et l’attention et par attention je veux parler d’amour, de sécurité et de considération, ce sont mes parents qui me l’ont inculquée.

Et pour moi, c’est normal. Et je reproduis ce schéma avec ma progéniture. Mon mari et moi leur donnons la base et nous les accompagnons. Mais pour atteindre leur but professionnel et social, ils doivent se fixer des objectifs et se donner les moyens (intellectuels et physiques) pour y arriver.

DES FONDATIONS FRAGILES POUR CERTAINS

Malheureusement, je remarque, que beaucoup de jeunes n’ont pas cette base. Travaillant durant 1 mois dans un centre d’insertion sociale et professionnelle comme formatrice bureautique, je me suis rendu compte que la plupart d’entre eux ont un rapport avec le monde du travail assez particulier : ils veulent travailler mais en ne sachant pas souvent les efforts qu’implique le domaine d’activité dans lequel ils veulent s’orienter. Le monde du travail est un véritable mystère pour eux.

Ces jeunes en grandes difficultés sont les premiers à subir la dégradation de la situation économique par un accès à l’emploi très difficile. De plus, la transformation structurelle de la société ne leur permet pas de se projeter dans une réussite sociale et professionnelle.

Dans les années 70-80, la progression professionnelle permettait au jeune de vivre, assez rapidement, à un niveau social supérieur à celui de ses parents. Ce qui n’est plus le cas de nos jours bien au contraire. La précarité engendre de la pauvreté. Les jeunes sans qualification sont d’emblée affectés à des emplois peu stables et moins bien rémunérés. Combien de jeunes restent vivre chez leurs parents à un âge avancé car ils ne peuvent pas se payer un loyer ?

ECHEC SCOLAIRE ET ISOLEMENT

Accompagner les jeunes vers plus d’autonomie est nécessaire et l’accès à l’emploi y joue un rôle prépondérant. Mais le plus important c’est de reconnaître un jeune dans sa galère, dans ses réussites et dans ses échecs dans une société qui n’écoute pratiquement plus et qui est mal à l’aise face à ce jeunisme qu’elle envie et qu’elle redoute aussi par sa difficulté « à s’intégrer ».

Les jeunes adultes se sentent isolés parce que la sociabilité présuppose un rôle social qu’ils ont du mal à construire. D’où une démotivation profonde qui en découle et un absentéisme récurrent.

Dès leur plus jeune âge, ils ont une scolarité catastrophique et ils sont souvent orientés contre leur gré dans des filières professionnelles qui ne leur conviennent pas. Ils deviendront alors des décrocheurs sortant du système scolaire sans diplôme.

Le trait commun de tous ces jeunes en difficulté est d’avoir été en échec scolaire. Relégués au fond de la classe, l’éducation nationale les a considérés comme des « bons à rien ». N’ayant plus confiance en eux, ils vont essayer de se valoriser par d’autres façons plus déviantes : délinquance, violence routière, consommation de produits illicites. Cela leur permet de croire qu’ils existent autrement que par la réussite scolaire et professionnelle.

Il faut souligner aussi que certains ne s’épanouissent pas dans de bonnes conditions dans leur environnement familial. En plus de cumuler des difficultés éducatives et de mise en danger, des questions de précarité économique et matérielle viennent s’ajouter à ce constat désastreux.

MES FONDATIONS, MA FAMILLE

Cette base qui est, pour moi, mon socle fondateur et que je transmets est inexistante chez certains parents. Parce qu’ils ne l’ont pas apprise des leurs, ils sont complétement démunis pour exercer leur parentalité. Le mode d’emploi pour devenir parent n’existe pas, malheureusement. Soit on se cale sur ce que nous ont montré nos parents, soit on prend une autre direction. Quoi qu’il en soit, un paramètre reste essentiel : on peut considérer les fondements d’une famille aux fondations d’une maison : quand elles sont solides, la maison peut trembler elle ne s’écroulera pas. L’éducation, l’amour, la sécurité permettent à un enfant de se sentir encadré et valorisé. Et malgré les épreuves de la vie, il deviendra un adulte responsable et s’intégrant facilement dans une société en perpétuelle mutation.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon guide "10 astuces pour diminuer son stress en entretien de recrutement"