ENTRETIEN DE RECRUTEMENT – LE JUGEMENT NE PASSERA PAS PAR MOI

ENTRETIEN DE RECRUTEMENT – LE JUGEMENT NE PASSERA PAS PAR MOI
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La perception de l’autre : vaste domaine n’est-ce-pas ? Parce que c’est souvent compliqué de comprendre la personne face à soi. Nos croyances, nos particularités, nos envies et nos besoins font parties intégrantes de notre personnalité. Et on pense souvent que la personne près de nous ressent, réagit à l’identique. Et pourtant, tel n’est pas le cas. Nous sommes uniques, donc tous différents : que cela soit culturellement, socialement ou par ce qui est inné chez nous ou acquis….
On carbure souvent à l’émotionnel. Ça ne vous est jamais arrivé de pleurer devant un film ou envahit pas l’émotion, vous ne sachiez plus quoi dire ? Je vous avoue, que moi oui. Il y a aussi des personnes que j’apprécie spontanément et d’autres pas.
Par contre, dans mon job, j’ai décidé que dès que la porte se fermait, je serai juste à l’écoute et non dans le jugement. Parce que pour moi, ce candidat face à moi mise beaucoup sur l’entretien que nous faisons.
Je fais beaucoup de recherches sur internet. Et j’en ai lu des commentaires de personnes dépitées après leur entretien parce que le recruteur était dans le jugement du début à la fin. Rien de plus déstabilisant que de se confronter à quelqu’un qui finalement n’écoute pas vraiment ce que vous lui dites et reste accroché à ses préjugés.
Je me dis que c’est tant pis pour tous ces chargé(e)s de recrutement qui laissent passer de bons éléments pour des motifs fallacieux. Je ne suis pas une MEGA, SUPER, MERVEILLEUSE recruteuse mais je suis dans une écoute attentive et bienveillante parce que j’ai été à la place des candidats. Je sais le stress que cela engendre, que c’est compliqué de parler de soi et de se fait de se vendre. Je ne me considère pas comme un juge mais plutôt comme une archéologue qui creuse, creuse pour trouver une ou des pépites.
Mon but est de déceler le potentiel de quelqu’un afin de lui donner sa chance. J’approfondis les réponses données, je reviens sur certains points pour avoir des renseignements complémentaires. C’est du travail de recherche et d’analyse. Et voilà un exemple qui reprend tout ce que je viens d’écrire.
Mon entreprise recrutait des conseillers clientèles. A cet effet, je reçus une jeune femme au parcours très atypique. Elle n’avait jamais travaillé dans le commercial, elle n’avait pas le diplôme recommandé. Elle était animatrice dans les centres aérés. Alors vous allez me dire : « rien à voir avec le téléphone et les clients ! » Et pourtant, durant notre échange, elle a su me montrer qu’elle avait les compétences requises et le profil recherché : calme, patiente, à l’écoute mais néanmoins déterminée. Bien-entendu, elle a été recrutée et c’est un très bon élément.
Si je l’avais jugée, comme ça à brule-pourpoint, je me serais dit qu’elle n’avait pas le diplôme requis, qu’elle n’avait pas l’expérience nécessaire, bref je serais passée à côté d’une pépite.
Alors je laisse aux autres recruteurs « biens pensants » leur jugement à l’emporte-pièce. J’ai juste envie de jouer les Indiana Jones du recrutement. Surtout, je veux être une recruteuse juste, intègre et à l’écoute des autres.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 6
    Partages

Page with Comments

  1. Bonjour Nadine,
    Merci pour ce partage de ta manière d’aborder un entretien de recrutement.

    Comme je m’intéresse à l’épanouissement au travail (dont je parle sur mon blog lesnouveauxtravailleurs.fr), je suis à la fois heureuse de savoir que des recruteurs comme toi peuvent penser de cette façon bienveillante. Mais je suis aussi attristée de lire entre les lignes que ce n’est pas un comportement courant.

    De mon point de vue, le rôle d’un recruteur est de capter toute la richesse du candidat, de comprendre tout ce qu’il a en lui. Et, ensuite seulement, d’estimer si cette singularité observée chez le candidat correspond ou non à ce dont a besoin l’entreprise.

    Au-delà du recrutement, je trouve que les managers et recruteurs français ont encore des difficultés à laisser les talents parler, comme je l’avais lu ici :
    http://www.organisationliberee.fr/les-chroniques-de-gilbert-liberez-les-talents/#comment-1419

    Je trouve aussi que l’éducation et les études ne nous apprennent pas assez à nous connaître : connaître nos talents, nos zones de compétence, d’excellence et de génie, comme en parle Christine Lewicki dans son livre “Wake Up”. Personnellement, c’est là que j’ai envie d’agir : aider chacun à mieux se connaître pour pouvoir trouver un travail qui lui correspond au mieux, et ainsi être épanoui 🙂

    1. Bonjour Isis et merci pour ton commentaire. Et je suis tout à fait d’accord avec toi : le système éducatif n’est pas du tout optimum pour aider les jeunes dans leur connaissance d’eux-mêmes. Des profs essaient mais ils sont si peu nombreux. Et je pense comme toi : l’épanouissement personnel est une base tellement importante pour une bonne estime de soi et une confiance tout azimut. Et quand on est sûr de soi, on peut tout réussir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon guide "10 astuces pour diminuer son stress en entretien de recrutement"