L’entretien de recrutement : l’Everest des demandeurs d’emploi et des étudiants

L’entretien de recrutement : l’Everest des demandeurs d’emploi et des étudiants
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En tant que chargée de recrutement durant  5 ans, je sais que l’entretien d’embauche est une étape importante voire une épreuve pour les demandeurs d’emploi et les étudiants.

Lors de ces entretiens, je n’ai jamais été une « méchante recruteuse ». J’ai toujours respecté les personnes en face de moi. Et sincèrement, je ne pense pas que « mettre une pression énorme » sur les candidat(e) soit efficace bien au contraire. J’ai toujours essayé de les mettre à l’aise mais pas trop quand même. Et j’en ai vu des stressé(e)s, des calmes, des transpirant(e)s, des bizarres voire carrément chelous ; ).

J’ai toujours pris à cœur d’être juste dans mes choix. Même si ma première impression n’était pas bonne, je laissais la personne en face de moi, se dévoiler et je prenais ma décision après en toute connaissance de cause. A part peut-être les personnes en retard qui ne s’excusaient pas. C’était rédhibitoire. Je ne les retenais jamais. Je peux comprendre un retard, mais ne pas s’excuser c’est un manque d’éducation et de respect.

Le fait aussi de faire de la discrimination, m’a toujours fait horreur. Je n’ai jamais mis un CV de côté parce que le nom de la personne n’était pas « français ». A cause d’un nom à connotation étrangère, on peut passer à côté de quelqu’un de génial. Je regrette que certains recruteurs fassent ce choix.

Je me rends compte quand même que j’ai dû en impressionner beaucoup par mes questions, mes silences, mes regards. Parce qu’il ne faut pas croire mais pour le recruteur aussi c’est un moment redoutable. Hé oui, durant un certain laps de temps vous vous retrouvez face à quelqu’un que vous ne connaissez pas. Et vous devez définir par ses réponses, son comportement, si cette personne a le profil ou non. Je me suis quelquefois demandée si j’étais vraiment légitime en tant que recruteuse. En quelques instants, vous décidez si oui ou non vous retenez quelqu’un pour le poste.

Je me rappelle un jeune homme qui venait passer un entretien pour un emploi en alternance. Il était gentil mais malheureusement, il n’avait pas le profil. A la fin de l’entretien, il me dit : « Je dois absolument trouver un emploi car mon père va me mettre à la porte, dans un mois, dès que j’ai mes 18 ans ». J’étais choquée.  Que devais-je répondre ? J’ai dû lui opposer un refus mais à contrecœur.

Le plus compliqué est de se retrouver face à quelqu’un qui ne parle pas, qui ne vous livre aucune information. Nous avions un contrat avec l’armée pour intégrer des marins à la retraite. J’en reçus un. J’avais beau lui poser des questions, sa réponse était toujours la même : « vous avez toutes les informations sur mon CV ». C’est très bien mais moi j’ai besoin de plus de renseignements. Que nenni, je n’ai jamais pu en avoir. Au revoir monsieur… et à jamais.

Mais souvent le plus déstabilisant, ce sont les entretiens téléphoniques. En tant que recruteur, il est souvent nécessaire de faire un premier tri de candidatures en prenant un rendez-vous par téléphone avec les candidat(e)s. Déjà, cela commence par le répondeur. Vous avez la surprise de tomber sur un : «Ouais, t’es bien sur mon téléphone » bip bip. Ah ok ! C’est maintenant qu’il faut laisser un message ? Sinon, vous avez affaire à un répondeur humoristique !!! Que du bonheur !!!

Après tout ça, vous prenez un rendez-vous pour telle heure, telle date. Vous appelez la personne concernée. Elle répond… ou pas. Et il m’est arrivé souvent de parler à des personnes, qui je le rappelle, étaient au courant qu’elles passaient un entretien par téléphone, faisant les magasins ou de l’équitation. Si, si…

Bref, malgré ces déconvenues, mon métier m’a fait rencontrer des personnes formidables, motivées et désireuses d’aller de l’avant et de prendre leur vie en main. Ce qui m’a le plus impressionné, ce sont ces jeunes souvent à peine âgés de 17 ans mais déterminés comme jamais. Ce fut un vrai bonheur d’échanger avec eux sur leur avenir. Je leur dit bravo. Beaucoup ont été embauchés définitivement et je suis fière d’avoir contribué à leur réussite. Ce que j’ai aimé ? C’est réussir à les faire se dévoiler, à déterminer leurs capacités malgré très peu d’expérience. J’entends souvent dire que les jeunes n’ont plus envie de travailler, qu’ils préfèrent rester allongés sur leur canapé. Je réponds toujours que des jeunes ayant la niaque, il y en a beaucoup, il faut juste prendre le temps de leur donner leur chance.

J’ai fait passer un entretien à un jeune homme pour un bac pro ELEEC en alternance. J’ai tout de suite compris qu’il avait un énorme potentiel. Son tuteur et son responsable hiérarchique aussi. Ces messieurs voulaient qu’il fasse un BTS Electrotechnique toujours en alternance après son bac. Ce garçon a dû refuser. C’était lui qui assurait un revenu financier à ses parents et ne pouvait pas continuer ses études. Il a quand même été embauché sous couvert d’une évolution professionnelle rapide.

Pour moi, l’entretien d’embauche est avant tout un échange, la possibilité de rencontrer quelqu’un qui pourra apporter une plus-value à l’entreprise et à son équipe. En tant que recruteur, nous sommes un peu des explorateurs : on cherche, on gratte la couche superficielle pour déterrer des trésors… Et on peut découvrir des pépites.

Et je me dis souvent, que si certains s’étaient mieux préparés, ils auraient pu passer ce cap difficile. Le stress, la timidité, les questions un peu plus pointues, peuvent apporter une pression importante et paralyser une personne. Et j’en ai vu des tétanisé(e)s, des angoissé(e)s.

L’entretien d’embauche est une étape nécessaire lors d’un recrutement. Même les grandes écoles, en font pour choisir parmi des centaines d’étudiants. Le préparer en gérant son stress, en analysant ses compétences et en contrôlant son attitude corporelle c’est se donner toutes les chances de le réussir.

Comme disait Arthur Ashe tennisman et écrivain : Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation.

 

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon guide "10 astuces pour diminuer son stress en entretien de recrutement"