LES BONS ET LES MAUVAIS RECRUTEURS

LES BONS ET LES MAUVAIS RECRUTEURS
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avant d’être chargée de recrutement, j’ai moi aussi passé des entretiens d’embauche. Du recruteur « cool » à celui plus « carré », j’ai dû m’adapter afin d’être la plus performante possible.

Alors maintenant, que je suis passée de l’autre côté, je m’emploie à être une recruteuse respectueuse et impartiale.

Des choix, je dois en faire, c’est évident. Mais, j’essaie toujours de prendre en compte  que le côté factuel malgré mes impressions premières. Mes idées, mes préjugées, je les mets de côté même si cela n’est pas toujours évident car  l’être humain est fait ainsi.

LA DISCRIMINATION A LA POUBELLE

C’est pour moi logique et incontournable de ne pas discriminer en fonction de la religion, de la couleur de la peau, des mœurs sexuelles. Même si cela s’avère compliqué, ne le nions pas, il faut arriver à mettre notre cadre de référence de côté pour une écoute attentive optimale et bienveillante. Oui, c’est le terme, bienveillant.

Etre bienveillant, face aux candidats, c’est mon leitmotiv. Je ne suis pas là pour les « descendre en flèche ». Mon travail consiste à apprendre à les connaître, qu’ils me détaillent leur parcours professionnel et pourquoi ils ont fait tel ou tel choix dans leurs études.

Même si la compétition bat son plein, je ne trouve pas judicieux de déstabiliser quelqu’un. Déjà, parce que je pense qu’un candidat qui est en confiance, se livre beaucoup plus que si il est en stress puissance 10. Et de plus, cela montre une mauvaise image de l’entreprise. Car le recruteur est la vitrine de l’entreprise.

Alors oui, s’il me semble que les propos d’un candidat sont flous voire carrément pas clairs du tout, je vais poser plus de questions, je vais « creuse » encore et encore pour savoir si cette personne est sincère ou pas. On peut appeler cela, mettre un peu la pression mais en restant correcte et courtoise.

LE RECRUTEUR DOIT RESTER A SA PLACE

Personnellement, je pense que le recruteur doit rester à sa place : échanger avec un candidat pour évaluer s’il a le profil ou pas pour le poste recherché. Il faut que l’échange reste constructif pour un apport maximum d’infos.

Un candidat qu’on aura poussé dans ses derniers retranchements  ne sera plus en capacité de développer son argumentaire.

J’ai souvent lu des commentaires de candidats expliquant que leur entretien d’embauche s’était mal passé car le chargé de recrutement était odieux et irrespectueux.

Nous avons tous nos faiblesses, nos difficultés, nos problèmes. Mais notre rôle de recruteur est tellement important. Nos avis positifs ou négatifs influent sur la vie professionnelle des candidats.

Et le faire dans de bonnes conditions, avec le sourire, une parole aimable permet une meilleure approche, une mise en confiance du candidat.

Le recruteur est une personne comme tout le monde. A ça près, que son travail est de trouver la perle rare pour un job bien déterminé.

Le faire dans de bonnes conditions permet un échange serein pour les deux parties. Que la conclusion en  soit positive ou négative, le plus important est de prendre en compte que nous avons un impact sur la carrière de la personne qui est face à nous. Notre responsabilité est de le faire le mieux possible.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon guide "10 astuces pour diminuer son stress en entretien de recrutement"