MES MEILLEURES SOLUTIONS FACE A UN ENFANT QUI BOUDE

MES MEILLEURES SOLUTIONS FACE A UN ENFANT QUI BOUDE
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Je vais encore sortir du cadre du recrutement pour parler bouderie. Alors, non je ne vais pas vous bouder, loin de là. Je vais juste vous parler de mon expérience de maman associée au fil conducteur qui est à l’origine de la création du blog « Réussissez votre entretien de recrutement » : la communication. Parce que ça fait du bien de temps en temps de se poser et d’ouvrir son esprit vers autre chose. Et Chang du blog « Parentalité Zen » me permet de le faire en lançant l’évènement inter-blogueurs sur le thème « VOS MEILLEURES SOLUTIONS FACE A UN ENFANT QUI BOUDE ». Vous me suivez, c’est parti !

Etant maman de trois enfants, la bouderie, je connais : les bras croisés, les sourcils froncés et le visage complètement fermé. En tant que parent, c’est parfois compliqué de gérer ce micro drame.

Je pense que le plus important c’est comment appréhender cette situation pour ne pas l’envenimer. Car je peux vous assurer que cela peut dégénérer très très vite.

MA PREMIERE FOIS

Je vous avoue que la première fois où j’ai été confrontée à ce « phénomène », j’ai eu du mal à m’en sortir. Vous souriez ? Moi aussi, maintenant. Mais sur le moment, j’étais carrément désarmée.

Quand vous êtes parent depuis peu et que votre bout de chou boude, pour ce qu’il vous semble être une broutille, vous vous posez la question : « Mais c’est quoi cette réaction ? ».

Le mode d’emploi qui s’ouvre à la page « gérer une bouderie » n’existe malheureusement pas. On peut se documenter, regarder des reportages. Mais quand on est face à la situation, l’urgence est de désamorcer le conflit.

Bon, pour le faire rapide, j’ai tellement mal géré que cela s’est terminé en crise de nerf de mon fiston. Le top du top !!!!

UNE MEILLEURE APPROCHE

Au fur et à mesure que mon expérience s’enrichissait, avec l’arrivée d’un deuxième puis d’un troisième enfant, j’ai compris que la douceur et le dialogue permettaient une meilleure conclusion.

Le secret ? Il est tout simple : échanger, écouter, câliner et dédramatiser. Un enfant qui se sait écouter, valoriser comprend qu’on est bienveillant avec lui. L’attaquer frontalement, n’est sûrement pas la bonne méthode. Si, si, je l’ai testée pour vous !!!!

La communication est tellement importante même quand on est petit. Et par communication, j’englobe la verbale et la non verbale. Parce que quand on n’est pas plus haut que trois pommes, il est parfois difficile de bien exprimer ses émotions par des mots. On le fait d’une autre manière, plus abrupte.

Alors parfois, quand on est fatigué, épuisé, qu’on est en mode « j’ai envie de rien », c’est compliqué d’avoir une écoute attentive et un dialogue serein. Mais, je peux vous assurer qu’il vaut mieux prendre un peu sur soi et gérer rapidement cette bouderie afin qu’elle ne dégénère pas en cris et en pleurs.

GESTION DE CONFLIT

Mon fils aîné a essuyé les plâtres de mon inexpérience. J’ai trébuché, je suis tombée, je me suis énervée comme jamais et j’ai fait beaucoup d’erreurs. Le parent parfait n’existe pas et je ne prétends pas le devenir. Mais comme le bon vin, je me suis bonifiée avec le temps.

Mon enfant boude car il est en proie à des émotions qui le traversent. Je préfère qu’il me dise qu’il n’est pas content. Il s’exprime et c’est tant mieux. Parce que maintenant, je suis devenue experte en la matière et que je sais gérer un petit bonhomme en colère.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon guide "10 astuces pour diminuer son stress en entretien de recrutement"