PODCAST DEFI PERSONNEL 12/22

PODCAST DEFI PERSONNEL 12/22
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Je continue mon défi personnel : vous raconter mes 22 jours de formatrice informatique dans un centre d’insertion sociale et professionnelle pour des jeunes de 18 à 25 ans. Voici le 12ème épisode.

Cliquez sur “play” pour l’écouter ou faites un clic droit puis cliquez sur “télécharger” pour le recevoir directement sur votre appareil (par exemple pour l’écouter sur votre smartphone) !

Conduire des entretiens de recrutement, je l’ai fait des centaines de fois. Je sais ce que demandent les recruteurs, ce qu’ils regardent dans les premières secondes, etc.

J’en ai vu défiler des candidats : les timides, les sûrs d’eux, les blasés et les stressés.

Dans ce centre d’insertion sociale et professionnelle, leur objectif principal est de remettre à flot ces jeunes par une remise à niveau en français, en maths, dans un cadre avec une discipline très marquée.

Beaucoup de ces volontaires, désirent entrer dans l’armée ou la légion étrangère. Et je les prépare dans le but de réussir l’entretien de recrutement dirigé par un recruteur de l’armée ou de la légion.

J’ai une liste des questions qui sont le plus souvent posées. Et parmi elles, il y en a une qui me laisse toujours songeuse quand je la pose :

« Connaissez-vous les missions d’un soldat ? ». Et 2 réponses fusent bien évidemment :

  1. Faire les missions sentinelle (sécurité intérieure)
  2. partir au front

Et quand je leur demande : « mais si vous partez au front, vous allez devoir combattre ! »

Et ils me répondent comme si tout cela était normal : « Oui, je veux défendre mon pays au prix de ma vie ».

Ils ont entre 18 et 25 ans, donc ils sont majeurs et responsables. Et surtout je ne  juge par leur choix. Je me dis simplement, qu’ils ne savent pas ce qu’est la guerre. Ils s’engagent pour diverses raisons :

  • parce qu’ils désirent évoluer dans un cadre bien strict
  • parce qu’ils veulent faire partie d’une grande famille
  • parce qu’ils veulent voyager

sans savoir ce qu’il risque de les attendre. Alors j’essaie de les « titiller » un peu par des questions un peu rentrent dedans : « Vous songez que vous risquez de devoir tuer quelqu’un », « le fait de vivre sans cesse sur le qui-vive, cela ne vous gêne pas ? » et c’est toujours un non qui ressort.

Alors oui je les prépare pour qu’ils sachent faire face au recruteur. Mais d’un autre côté, je les prépare à entrer dans un milieu de dangers et de stress permanent. Mais c’est leur choix et je dois le respecter.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon guide "10 astuces pour diminuer son stress en entretien de recrutement"