UNE PRATIQUE QUI ME REND HEUREUSE CHAQUE SEMAINE

UNE PRATIQUE QUI ME REND HEUREUSE CHAQUE SEMAINE
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

J’ai décidé de participer à un carnaval d’articles. Alors c’est quoi, cette bête-là ? C’est un concept très en vogue sur le web anglo-saxon mais pas encore chez nous. En fait, il s’agit d’organiser avec d’autres blogueurs, l’écriture d’un article autour d’un thème commun. Et pour cette fois, c’est Lucien du blog https://riche-de-temps.fr qui a décidé du thème : Une pratique qui me rend plus heureuse chaque semaine.

Mais vous allez me dire « rien à voir avec ton blog », ben si parce que même si je parle de bonheur, c’est toujours en lien avec la communication chère à mon cœur. Allez suivez-moi, c’est parti !!!!

Que veut dire être heureux ? Vaste question n’est-ce-pas ? Et chacun répondra à cette question par la réponse qu’il voudra. Etre heureux, c’est subjectif. Mais ce que je sais et surtout ce que j’ai appris, c’est qu’être heureux, ça s’apprend. Et qu’il faut aussi le vouloir. Et souvent, se remettre en question est une étape très complexe. Je ne sais pas si c’est l’âge aidant ou le fait que je me rends compte que le temps passe vite, mais j’ai décidé d’être heureuse et pour accomplir mon défi et parce que cela en est un, j’ai mis en place quelques pratiques. Et pour commencer, je vais vous expliquer en quoi a consisté la toute première.

Par mon travail de consultante et de formatrice mais aussi dans mon cercle familial et d’amis, je rencontre beaucoup de personnes « tristes ». Vous savez, ces personnes autocentrées sur elles-mêmes et qui ne voient que le côté négatif des choses. Rien ne va, tout est difficile, leur vie est un enfer… Et quand vous les avez au téléphone, vous restez des heures à écouter leurs plaintes, leurs complaintes et leur désespérance. Juste un petit « et toi, ça va ? » et c’est reparti.

Je ne vous dis pas que je suis heureuse tous les jours et que mon quotidien est facile. Non, parce que nous avons tous nos soucis. Comme tout le monde, je n’ai parfois pas envie de me lever, pas envie de travailler, envie de rien quoi. Mais, je me dis qu’il y a plus grave ailleurs, et me donne un grand coup de pied au postérieur.

Alors, j’ai décidé de débuter par la mise en place de cette pratique : j’ai décidé de VIRER oui j’ai bien dit VIRER ces personnes de ma life. Arrivederci, à jamais… J’ai eu envie de faire un grand nettoyage de printemps si vous me permettez cette expression. J’ai ouvert ma grande poubelle de la vie et j’ai fait un tri monstrueux. Ciao la copine négative, la tata malveillante, ciao mes (pou)belles.

Ce qui est génial avec la technologie, c’est que désormais vous pouvez bloquer un numéro de téléphone. Et hop, pleins de numéros sont passés en mode « pas envie de vous parler, lâchez moi la grappe, allez voir quelqu’un d’autre ». Oui, finie la gentille copine, la gentille nièce prête à vous écouter et sur qui vous pouvez vous défouler.

J’ai décidé de ne côtoyer que des gens positifs, aimables, sympas, qui aiment la vie quoi !!! Et franchement, c’est un véritable kiffe. J’aime parler avec eux, de tout de rien ou bien de quelque chose de plus sérieux. Mais c’est avec une autre vision de la vie plus libre, plus saine, plus enthousiasmante. S’investir c’est bien mais quand vous savez que c’est réciproque, c’est encore plus galvanisant. Et surtout, je gagne un temps fou. Finies les heures passées à écouter des jérémiades, je les réinvestis ailleurs, pour des « causes » plus dignes de mon bien-être.

Et en ce qui concerne mes clients, je fais des efforts mais sans en faire trop. Je sais que ce n’est que pour quelques heures, quelques jours que je les forme. En fait, c’est comme voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide… Et ça change tout. Parce qu’en qualifiant positivement un évènement, vous le modifiez un peu et surtout vous en modifiez votre perception.

Oui, j’ai décidé d’être heureuse et je me donne tous les moyens pour y arriver. En tant que femme, mère, amie, si je veux faire du bien autour de moi et être heureuse, je dois passer par cette étape de triage. C’est parfois dur de décider de ne plus parler à des personnes que vous connaissez depuis des années, mais finalement au bout du compte, vous vous rendez-compte que c’est nécessaire pour votre survie. Je n’ai plus envie de faire semblant. Cette pratique me permet de relativiser, d’avoir plus confiance en moi. Essayez, vous verrez, vous allez aimer…. J’en suis persuadée. Vous m’en direz des nouvelles.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Page with Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon guide "10 astuces pour diminuer son stress en entretien de recrutement"